• Notre profil
  • Nos services
  • Nos vaccins
  • Nouvelles
  • Nous joindre
Vaccins voyages
Voici la liste de tous nos vaccins disponibles :
Antigrippal (Agriflu,Fluviral et Flumist)
Coqueluche
Diarrhée du voyageur (Turista)
Diphtérie
Encéphalite japonaise
Fièvre jaune
Fièvre typhoïde
Haemophilus inluenzae



Hépatite A
Hépatite B
Hépatite A et Fièvre typhoïde (Vivaxim)
Influenza (Grippe)
Méningite
Oreillons
Pneumocoque (pneumonie)
Poliomyélite



Rage
Rougeole
Rubéole
Tétanos
Typhoïde
Varicelle
Virus du papillome humain (Gardasil)
Zona (Zostavax)


Diarrhée du voyageur (Turista)

La diarrhée du voyageur, communément appelée Turista, est la pathologie la plus courante chez les voyageurs qui se rendent dans des régions tropicales. En effet, 50% d’entre eux présentent au moins un épisode de diarrhée durant leur séjour à l’étranger. Ce pourcentage peut varier selon la destination, la durée, le type de séjour et l’âge (les jeunes enfants et les adultes de 15-30 ans sont les plus à risque). La Turista peut survenir soudainement et incommoder fortement le voyageur, surtout si celui-ci doit se déplacer fréquemment lors de son séjour.

La transmission de la maladie s’effectue par l’eau, des boissons ou des aliments contaminés. La première précaution consiste à boire de l’eau embouteillée et s’assurer de la qualité des boissons et des aliments consommés. Un lavage adéquat et fréquent des mains s’avère aussi très important. Le vaccin Dukoral est efficace pour lutter contre la bactérie E. Coli, principale responsable des symptômes reliés à la Turista.

Voyageurs pouvant bénéficier du vaccin :

    1. Personnes atteintes d’une maladie chronique telle que le diabète et la bronchite chronique;
    2. Personnes atteintes d’une maladie gastro-intestinale (ex. : maladies inflammatoires, syndrome du colon irritable, etc.) ou consommant des médicaments tels que Losec®, Pantoloc®, Prevacid® ou autres qui diminuent la protection de l’estomac;
    3. Athlètes, politiciens, gens d’affaires ou étudiants qui ne peuvent se permettre d’être non fonctionnels, même pendant un court laps de temps;
    4. Personnes ayant été victimes à plusieurs reprises de la diarrhée du voyageur.
Présente dans plusieurs régions de l’Asie, l’encéphalite japonaise frappe 50 000 personnes par année.
Le virus est transmis par un moustique et les symptômes ressentis sont des frissons, des maux de tête, de la fièvre et de la confusion. Une fois au cerveau, 25 % des malades risque d’en mourir. De plus, la moitié des survivants demeurent avec des séquelles neurologiques permanentes.
Présentement, il n’existe aucun traitement contre ce type d’encéphalite, d’où l’importance de la vaccination.

Voyageurs pouvant bénéficier du vaccin :
    1. Personnes voyageant dans un ou plusieurs pays à risque prévoyant vivre plus d’un mois en milieu rural;
    2. Voyageurs qui séjournent moins d’un mois dans des régions touchées par une épidémie et qui participent;
    3. à des activités extérieures les exposant au virus.
La fièvre jaune est une transmise par un moustique qui sévit dans les régions tropicales de l’Amérique du Sud et de l’Afrique subsaharienne et équatoriale. Les premiers symptômes sont la fièvre, des maux de tête et des vomissements. Par la suite, des saignements digestifs, de la jaunisse, des saignements et des problèmes cardiaques peuvent survenir. Le taux de mortalité de la fièvre jaune est de 20 % à 30 % et il n’existe aucun traitement contre cette maladie, d’où l’importance de la prévention, incluant la vaccination qui est très efficace. D’ailleurs, plusieurs pays exigent une confirmation de vaccination comme condition d’entrée sur leur territoire.

Voyageurs pouvant bénéficier du vaccin :
    1. Voyageurs à destination de pays exigeant le certificat de vaccination comme condition d’entrée;
    2. Voyageurs de régions à risque, peu importe la durée du voyage.
D’origine virale, l’hépatite A est une maladie grave du foie souvent présente dans les pays tropicaux, particulièrement ceux en voie de développement. Elle provoque des symptômes comme la fièvre, des douleurs musculaires et abdominales ainsi que la jaunisse, signe révélant que le foie est atteint. Le virus se contracte en consommant de l’eau ou des aliments contaminés et peut se transmettre d’une personne à une autre. Les symptômes peuvent durer plusieurs mois et aucun traitement n’existe pour contrer la maladie, d’où l’importance de la prévention, incluant la vaccination. Au Québec, près de 50 % des cas d’hépatite A se retrouvent chez des voyageurs, dont plusieurs séjournaient dans des hôtels haut de gamme.

Voyageurs pouvant bénéficier du vaccin :
    1. Voyageurs qui séjournent dans un pays dont le risque est modéré ou élevé, même s’il s’agit d’un court séjour à l’étranger (partout sauf en Amérique du Nord, en Europe de l’Ouest et en Australie);
    2. Pour certains types de voyageurs qui vont dans un pays dont le risque est faible;
      • Voyageurs qui prévoient séjourner en dehors des circuits touristiques reconnus ou dans des conditions sanitaires douteuses;
      • Voyageurs prévoyant effectuer un long séjour à l’étranger;
      • Voyageurs qui logeront dans leur famille ou chez des amis;
      • Voyageurs immunosupprimés.
Lhépatite B est une maladie grave affectant le foie qui se transmet par contact avec du sang ou tout autre liquide biologique contaminé. Elle peut être contractée de différentes façons : accident, administration de premiers soins, manucure, tatouage, traitement dentaire, relation sexuelle non protégée, etc. L’hépatite B se manifeste par l’apparition de fièvre, de maux de tête, de douleurs musculaires, de vomissements et de jaunisse. Certaines personnes infectées deviendront porteurs chroniques, c’est-à-dire qu’ils vivront avec le virus toute leur vie et pourront le transmettre à d’autres personnes. Il n’existe aucun traitement contre l’hépatite B, d’où l’importance de la prévention, entre autres de la vaccination qui est très efficace.

Voyageurs pouvant bénéficier du vaccin :
  1. Voyageurs devant séjourner quelques mois ou plus dans une région à risque modéré ou élevé;
  2. Voyageurs qui seront en contact étroit avec la population locale, particulièrement s’ils séjournent dans une région à risque modéré ou élevé;
  3. Parents adoptant des enfants provenant d’une région à risque modéré ou élevé;
  4. Voyageurs susceptibles de recevoir ou d’administrer des soins de santé durant leur séjour, particulièrement s’ils séjournent dans une région à risque modéré ou élevé;
  5. Voyageurs qui prévoient avoir des relations sexuelles avec de nouveaux partenaires, quelle que soit la région à risque visitée;
  6. Voyageurs qui risquent d’être exposés à du sang contaminé (ex. : utilisateurs de drogues injectables), quelle que soit la région à risque visitée.
La rage est une infection virale qui se transmet par la salive d’animaux malades lors d’une morsure. La maladie s’attaque au cerveau et est mortelle chez l’homme. Bien que la rage soit plutôt rare au Québec, elle est fréquente dans les pays de l’Afrique, de l’Amérique du sud et de l’Asie. Les enfants sont les plus à risque étant donné qu’ils ont tendance à s’approcher des animaux errants. Une fois que les symptômes sont apparents, il n’existe aucun traitement pour guérir la personne infectée. Toutefois, le vaccin peut protéger. Suite à un contact à risque (morsure), il est impératif d’avoir une évaluation médicale immédiatement.

Voyageurs pouvant bénéficier du vaccin :
  1. Personnes devant travailler dans un pays en voie de développement à titre de vétérinaire, animalier, spéléologue, agent de conservation de la faune ou encore les travailleurs de laboratoire susceptibles de manipuler le virus de la rage;
  2. Voyageurs (en particulier les enfants) prévoyant aller vivre pendant plusieurs mois dans une région à risque où les traitements en cas de morsure d’animaux ne peuvent être obtenus rapidement.
  3. Voyageurs à destination d’une région à risque qui participent à des activités extérieures les exposant au virus, tels que cyclistes, randonneurs, campeurs. Dans leur cas, le risque est considérablement accru, même si le voyage est de courte durée.
La méningite est une infection de la membrane du cerveau. Ses principaux symptômes sont la fièvre, des maux de tête, des vomissements et une raideur de la nuque. Les infections invasives à méningocoques surviennent de façon sporadique dans le monde entier. L’incidence est cependant beaucoup plus élevée dans certaines régions d’Afrique. Entre 50 % et 60 % des cas surviennent chez les enfants âgés de 3 mois à 5 ans, mais on dénombre également des cas chez les adolescents et les jeunes adultes de moins de 30 ans. Malheureusement, malgré des soins médicaux appropriés, le taux de mortalité atteint 10 %.

Voyageurs pouvant bénéficier du vaccin :
    1. Enfants et jeunes adultes de moins de 30 ans séjournant dans une région à risque, quelle que soit la durée de leur séjour;
    2. Adultes de plus de 30 ans séjournant dans une région à risque, quelle que soit la durée de leur séjour et fréquemment en contact avec la population locale (utilisation du transport en commun, travail en santé ou avec des réfugiés ou voyage d’aventure);
    3. Voyageurs qui prévoient un séjour prolongé (3 semaines ou plus) dans une région à risque;
    4. Voyageurs, se rendant en Arabie saoudite durant le Hadj ou pour participer à l’Umra. Le certificat de vaccination est exigé pour tous les voyageurs par les autorités du pays.
La typhoïde est une maladie grave causée par la bactérie Salmonella typhi. Elle entraîne souvent une forte fièvre, des maux de tête et des douleurs généralisées. La bactérie est généralement transmise par des aliments contaminés par les selles ou l’urine de personnes atteintes ou des porteurs. Cette infection est particulièrement répandue dans les pays en voie de développement. Le taux de mortalité se situe à environ
16 % chez les personnes non traitées. Le risque s’accroît lorsque la personne est exposée à des aliments ou à de l’eau contaminée (ex. : marchés publics, étals dans les rues et résidences personnelles). Dans certaines régions, même de courtes visites chez des amis ou des parents peuvent exposer les voyageurs canadiens à un risque accru.

Le traitement consiste en une prise d’antibiotiques quoique la bactérie a tendance à devenir de plus en plus résistante et difficile à traiter, d’où l’importance de la prévention et de la vaccination. Peu importe les conditions du séjour, l’immunisation contre la typhoïde ne remplace pas les précautions à prendre lors du choix ou de la manipulation de l’eau et des aliments.

Voyageurs pouvant bénéficier du vaccin :
    1. Tous les voyageurs qui séjournent dans un pays où le risque de transmission est modéré ou élevé.
    2. Certains types de voyageurs à risque, soit les voyageurs :
  • de circuits touristiques offrant des conditions sanitaires douteuses;
  • effectuant un long séjour à l’étranger dans un pays à risque;
  • qui visiteront leur famille ou des amis dans un pays à risque;
  • présentant une fragilité gastrique.

Accueil CRPV|Notre Profil|Nos Services|Nos Vaccins|Nouvelles|Nous Joindre|FAQ|Liens|Plan du site | Login
Tous droits réservés. Centre régional de prévention voyage